Dème N’Diaye : « Le fait de passer 18 mois sans jouer, c’était compliqué »

Deme NDiaye RC LensAprès quatre saisons au RC Lens entre 2012 et 2016, Dème N’Diaye s’est retrouvé en fin de contrat et a passé presque dix-huit mois sans jouer, avant de se relancer à partir de l’automne dernier avec le club d’Arras en National 2. En cette fin de saison, l’ex-attaquant des Sang et Or se montre satisfait de ce retour à la compétition, avec de bonnes prestations et un maintien assuré sans trop de soucis pour les Arrageois.

Pour RBM et MadeInLens.com, l’ancien Lensois revient sur ces dix-mois sans jouer, alors qu’il espérait prolonger avec le RC Lens à l’arrivée d’Alain Casanova et où il a pu compter sur le soutien du club lensois pour soigner une blessure avant d’accepter la proposition d’Arras pour se relancer.

Êtes-vous satisfait de votre passage dans l’Arrageois ?

« J’ai fait 13 matches et marqué 6 buts. Le fait de passer 18 mois sans jouer, c’était compliqué. J’avais une blessure au genou et il fallait que je retrouve le rythme, que je retrouve des sensations. Au début, Arras, c’était pour avoir du temps d’entraînement et quelques séances, mais vu qu’ils avaient des problèmes en attaque et qu’ils avaient des blessés, ils m’ont proposé de signer avec eux pour les aider jusqu’à la fin de la saison. Dans ma tête, c’était juste pour avoir des entraînements, retrouver du rythme et pouvoir rebondir ailleurs. Mais vu la situation d’Arras et ma situation, j’avais besoin de jouer et me faire valoir pour revenir plus haut le plus rapidement possible. Par la suite, le coach m’a fait comprendre qu’il comptait beaucoup sur moi pour aider l’équipe pour les objectifs qu’ils se sont fixés en début de saison. »

Vous avez quitté le RC Lens, comment s’est passé l’après ? Pourquoi n’arrivez-vous pas à retrouver un club tout de suite ?

« D’une part, parce que le marché était un peu fermé. D’autre part parce que j’étais en fin de contrat. On m’a dit qu’un entraîneur (Alain Casanova, ndlr) venait juste d’arriver, qu’il voulait me voir et ils m’ont proposé de partir avec eux en stage. J’étais satisfait de pouvoir continuer avec le RC Lens. Je partais avec eux en stage : dans ma tête, j’étais satisfait et le coach l’était. Après, je ne sais pas ce qui s’est passé. Au retour de stage, quelques semaines après, il m’a fait comprendre qu’il y avait trop de monde dans l’effectif. J’étais un peu embêté car beaucoup de personnes pensaient que j’étais encore sous contrat et les gens ne me contactaient pas. Et par la suite, je pense qu’il manquait un peu de communication de ma part pour faire savoir aux gens que j’étais en fin de contrat. C’était juste pour faire quelques séances d’entraînement avec le RC Lens… Par la suite, cela ne s’est pas bien passé. J’ai demandé à Eric Sikora pour m’entretenir le temps de trouver quelque chose, puis je me suis blessé au genou. Au moment où il y avait des touches, je me suis blessé. »

Comment réagit-on dans ces cas-là ? Avez-vous un coach personnel ? Avez-vous été suivi par une équipe médicale ?

« Je suis resté un an à Lens après ma fin de contrat, car le staff médical du club m’a bien suivi. Je pense que c’est grâce à eux que je suis revenu parce que, si j’étais seul à part pour ma rééducation, je ne pense pas que j’aurais pu tenir. Ce n’est pas facile quand tu es tout seul ou en fin de contrat. C’est plus facile de raccrocher les crampons que de continuer. Heureusement, le club m’a ouvert les portes : ils m’ont aidé pour pouvoir revenir et guérir de ma blessure. J’ai fait toute ma saison avec la CFA. Après, je suis parti en vacances, je suis revenu et je cherchais encore mais c’était compliqué. On a cherché, cherché… on a cherché partout mais ça n’a pas marché. Après, j’ai eu un ami qui m’a proposé d’aller faire un entraînement à Arras et ils ont accepté. Au début, c’était juste des entraînements. L’avantage était de retrouver du temps de jeu, du rythme. C’est ce que j’ai fait et je suis satisfait des six derniers mois. »

Vous avez joué en équipe première au RC Lens de 2012 à 2016, quels souvenirs en gardez-vous ?

« De beaux souvenirs. Quand je suis arrivé, ce n’était pas évident non plus car je suis arrivé avec une fracture au 5e métatarse. Le club m’a bien accueilli et j’ai fait les soins qu’il fallait avant le début de la saison. Je ne pensais pas qu’une blessure comme ça allait être aussi longue. Malheureusement, le club avait un peu de soucis avec la DNCG. On ne savait pas comment ça allait se passer, il y a eu beaucoup de problèmes d’homologation des contrats. Je pense que le mien a été homologué deux mois après mon arrivée et, par la suite, ça s’est bien passé. Après, les beaux souvenirs que je garde c’est déjà la chaleur des gens et, sur le plan sportif, notre performance contre Bastia avec ce but que j’ai marqué. A chaque fois que je passe quelque part, on me parle de ce match et de ce but. Ce sont des souvenirs qui sont gravés à jamais dans ma tête et mon coeur. »

Propos recueillis par Frédéric Peter (RBM 99.6FM) pour MadeInLens

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.