En plein dans le MiL : retour sur la saison du RC Lens - août 2017

MadeInLens en plein dans le mil 02Après la fin de saison 2017-2018, où le RC Lens a connu un exercice très agité aux niveaux sportifs et extrasportifs, avec un maintien acquis à la 36e journée loin des ambitions initiales, l'heure est aux bilans. Sur MadeInLens, en plus de bilans individuels des joueurs lensois, nous vous proposons de revenir sur ces dix mois de compétition, ces dix mois qui verront l'équipe se battre pour sa survie, alors que chaque supporter Sang et Or espérait initialement voir ses joueurs lutter pour la montée en Ligue 1.

Après un retour sur juin et juillet 2017 marqués par un recrutement raté et une préparation de saison médiocre, place au mois d’août et à un début de saison complètement manqué qui va bouleverser les plans et les ambitions du RC Lens.

Après la défaite sur la pelouse d’Auxerre (1-0) lors de la première journée, l’inquiétude n’est pas de mise. La prestation des Sang et Or, très correcte, laisse de l’espoir avant de recevoir Nîmes le samedi 4 août. Dès la sixième minute, Cristian Lopez ouvre la marque et les Lensois semblent bien lancés. Mais à la 14e minute, Mouaad Madri subit un tacle violent de la part de Fabien Garcia, avec le pied sur la jambe. L’arbitre, Florent Batta, ne siffle pas faute, n’adresse aucun carton au défenseur nîmois alors que le milieu offensif des Sang et Or se tord de douleur. Et pour cause : il souffre d’une fracture du tibia droit et sa saison est d’ores et déjà terminée. Sans être géniaux, les Lensois tiennent la rencontre et s’acheminent vers une victoire mais la fin de match voit les Nîmois revenir à 1-1 à la 87e minute et l’emporter 1-2 à la 92e. Pour leur deuxième match, les joueurs d’Alain Casanova ont déjà montré leurs limites physiques, baissant fortement de rythme après l’heure de jeu, ce dont les Crocodiles ont su profiter.

Dans la semaine, Clément Chantôme débarque au RC Lens, prêté par Rennes et à la recherche de temps de jeu pour se relancer après une saison difficile où il a été éloigné des terrains pour des problèmes à l’épaule. Il est présenté le soir même, à l’occasion de la réception de l’AC Ajaccio en Coupe de la Ligue pour le premier tour. A l’inverse du match contre Nîmes, les Lensois subissent l’ouverture du score à la 37e minute, mais l’entrée de Cristian Lopez à la 67e minute bouscule l’attaque lensoise pâlichonne. C’est d’abord Ivan Lendric qui égalise à la 75e minute, avant que l’attaquant espagnol ne donne la victoire et la qualification aux Sang et Or trois minutes plus tard. Après cette victoire, le RC Lens semble lancé et une confirmation est attendue à Sochaux quelques jours plus tard.

Sur la pelouse du stade Bonal, Alain Casanova semble chercher la bonne formule, alignant Jean-Kévin Duverne sur la droite de la défense à un poste inhabituel. Très fébriles, les Sang et Or tiennent jusqu’à la 40e minute et l’ouverture du score logique de Teikeu, avant d’encaisser deux buts en seconde période par Florian Martin. Menés 3-0 à la 64e minutes, les Lensois se mettent finalement à jouer et reviennent à 3-1 (Ivan Lendric, 74e) puis à 3-2 à la 83e grâce à un pénalty de Cristian Lopez. En fin de rencontre, des tensions éclatent entre quelques supporters du parcage et Kévin Fortuné notamment, prémices d’une saison tendue entre les joueurs et le public.

Après la piètre prestation des Sang et Or contre Sochaux, Karim Hafez effectue son retour en prêt pour une nouvelle saison. L’inquiétude et la colère des supporters sont palpables et, face à Brest, la démission d’Alain Casanova est réclamée. Si Kévin Fortuné ouvre la marque à la 9e minute sur une passe lumineuse de John Bostock, les Lensois semblent perdus sur le terrain, faibles tactiquement et physiquement également. La sanction intervient juste avant la mi-temps avec l’égalisation de Berthomier (44e) et dès le retour des vestiaires. Jérémy Vachoux se fait nettoyer les lucarnes à deux reprises avant l’heure de jeu et le RC Lens se retrouve mené 1-3. La colère monte d’un cran et la pelouse du stade Bollaert-Delelis est envahie, avec une interruption du jeu durant plusieurs minutes. Les supporters, certes pacifiques, ont quitté la Marek pour rejoindre la Lepagnot et réclamer la démission d’Alain Casanova avant de retrouver leur tribune sans incident. Après quelques minutes, le jeu reprend, les Sang et Or reviennent à 2-3 grâce à Kévin Fortuné sur pénalty, mais encaissent un quatrième but à la 81e minute. La coupe est pleine, Alain Casanova est remercié dès le lendemain et Eric Sikora nommé dès le lundi avec, pour mission, de redresser la barre et de décrocher le maintien, bien loin des ambitions initiales.

Accompagné de Robert Duverne et de son nouveau staff, Eric Sikora prend donc les rênes du RC Lens KO debout, qui doit se déplacer à Lorient en Coupe de la Ligue. Face aux Lorientais, peu habitué au schéma tactique, les Sang et Or semblent perdus sur le terrain et encaissent trois buts en dix minutes, dont une volée superbe excentrée de Denis Bouanga. La fin de seconde période voit le Racing réagir et revenir à 3-2 mais le second acte ne change rien : les Sang et Or quittent la compétition sans gloire.

Le mois d’août s’achève sur un déplacement à Orléans le lundi soir et le coach lensois effectue quelques changements : Nicolas Douchez retrouve sa place de titulaire, Mounir Chouiar et Enzo Ebosse sont alignés d’entrée sur le côté gauche. Dès la cinquième minute sur coup-franc, Pierre Bouby douche les volontés lensoises avant que Denis Will Poha ne double la mise à la 28e minute, suivant bien un pénalty repoussé par Nicolas Douchez et devançant une défense lensoise partie cueillir des fraises… La suite du match est anecdotique, les Sang et Or peinant à se créer des occasions pour revenir au score et s’inclinant 2-0.

Les derniers jours du mercato voient plusieurs joueurs : Filip Markovic, Souleymane Diarra, Frédéric Duplus, Cyrille Bayala et Moussa Maazou débarquent en Artois et viennent « enrichir » le groupe lensois.

Au soir de cette 5e journée, le RC Lens pointe en 19e position et réalise le plus mauvais début de saison de son histoire. Les ambitions de montée sont envolées, le maintien devient l’objectif principal. Alain Casanova viré, Eric Sikora et son staff vont pouvoir travailler durant la trêve et le chantier s’avère important, tant les Sang et Or sont à côté de leurs pompes physiquement, tactiquement et moralement.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.