Exclu MadeInLens - Walid Mesloub : « J’avais à cœur d’être décisif pour le RC Lens »

Walid Mesloub RC Lens 01Arrivé au mercato hivernal en provenance de Lorient, où il avait résilié son contrat après une première partie de saison sans jouer, Walid Mesloub a rejoint le RC Lens. Après quelques matchs de remise en jambes et d'adaptation, le milieu de terrain des Sang et Or s'est montré décisif avec cinq buts inscrits, des buts importants dans la quête du maintien et qui en font le troisième meilleur buteur lensois de la saison et lui ont permis d'être désigné comme MVP d'avril - mai par les lecteurs de MadeInLens.com !

En exclusivité pour MadeInLens, Walid Mesloub revient sur ces mois passés en Artois, son retour à la compétition, son adaptation rapide dans le groupe d'Eric Sikora, se montrant plus ambitieux pour la saison prochaine en Ligue 2.

Comment avez-vous vécu ces six premiers mois au RC Lens ?

« Très bien. J’ai été très bien accueilli par l’ensemble du groupe, l’ensemble du staff et les supporters. Je me suis bien adapté. On atteint l’objectif qui était le maintien à mon arrivée. Maintenant, on va essayer de projeter sur la saison prochaine. »

Quand vous êtes arrivés, vous sortiez d’une période sans jouer. N’aviez-vous pas peur, en arrivant dans un club comme le RC Lens, de ne pas trouver votre rythme assez vite ?

« Non, en signant ici, je savais très bien que ce qui me manquait : c’était seulement le rythme, sans prétention aucune bien sûr. Je sortais d’une blessure assez compliquée à Lorient, je n’avais pas joué depuis un peu plus de six mois. Je savais qu’il fallait que je reprenne le rythme pour retrouver mon meilleur niveau. Le coach m’a fait confiance assez rapidement et m’a fait jouer les matches qu’il fallait pour reprendre le rythme. »

Ce rythme, l’avez-vous retrouvé rapidement ?

« Cela n’arrive pas en un match forcément : il m’a fallu quelques matches pour retrouver du rythme, des repères, mais surtout trouver des automatismes avec le reste de l’équipe. »

L’intégration, justement, comme s’est-elle déroulée ?

« Super bien ! Tout le monde m’a bien accueilli. Ensuite, il fallait juste travailler à l’entraînement et trouver les automatismes. »

Vous avez retrouvé votre rythme et avez marqué cinq buts en quelques matches. Etait-ce une revanche pour vous ?

« Non, pas une revanche. Je me contentais d’être le plus performant possible sur le terrain pour mes coéquipiers et moi, mais aussi pour la situation dans laquelle nous étions. J’avais à cœur d’être décisif pour l’équipe. Cela m’a réussi et je suis très heureux. »

Quand vous êtes arrivé à Lens, aviez-vous l’image de Lens comme un grand club ?

« Bien sûr. Lens est un grand club. D’ailleurs, avant de signer, je suis venu visiter les infrastructures et j’ai aussi assisté à un match de championnat. C’est vrai que c’est bluffant, surtout pour une équipe qui évolue en Ligue 2. Tous ces éléments réunis font que Lens reste quand même un gros club en France. »

L’essentiel a été sauvé cette année, avec le maintien. Était-ce l’objectif pour lequel vous étiez venu ?

« Quand je suis arrivé, le club était dans une mauvaise posture, à la suite d'un début de championnat complètement raté, avec sept défaites en sept matches. Je savais qu’il fallait que j’apporte un plus et mon expérience pour rapidement se maintenir. Cela a été dur jusqu’à la fin de saison mais tout le groupe n’a rien lâché et s’est battu pour. »

Il y a un match qui reste en travers de la gorge des supporters lensois, c’est la défaite face aux Herbiers. N’avez-vous pas l’impression que les supporters n’ont pas compris la difficulté dans laquelle était le groupe par rapport aux valeurs pas forcément présentes et à ce qu’ils ont pu connaître il y a 20 ans quand il y avait le titre de champion de France, que Lens n’est plus la même chose et que le maintien était le premier objectif… ?

« Je peux comprendre la frustration des supporters : elle est légitime. C’était un quart de finale de Coupe de France contre une équipe inférieure à nous sur le papier. Mais ça reste un match de Coupe et c’est pour cela qu’on parle de la « magie » de la Coupe : tout le monde peut battre tout le monde, la preuve avec les Herbiers qui sont arrivés en finale. En plus, j’ai aussi un goût amer parce que j’ai raté le pénalty lors de la séance de tirs aux buts. Mais cela fait partie du football. Vous savez, ils ont peut-être mérité plus que nous d’aller en finale et nous, notre objectif était aussi de se maintenir rapidement. C’est vrai que jouer une finale ou se qualifier pour une demi-finale de Coupe de France aurait été magique, mais ça n’a pas été le cas et il va falloir vite oublier le passé et vivre sur le présent. »

Les supporters n’ont-ils pas tendance maintenant à oublier que le football est d’abord un jeu avant d’être, de manière très simple, de poser deux équipes en disant que l’une est plus forte que l’autre ?

« Je pense que c’est le football actuel qui fait ça, autant pour les supporters que les joueurs. Il ne faut pas oublier que cela reste un jeu, certes avec plein d’objectifs pour certains, plein de choses tout autour, qui font que parfois l’enjeu prend le dessus sur le jeu. Cela reste du jeu, du plaisir : il ne faut pas oublier qu’il y a plein d’enfants qui regardent ce sport et qui rêvent de jouer au football. Il faut montrer une image positive de jeu, de plaisir. Mais, après, c’est la meilleure équipe qui gagne. »

Quelles ambitions pensez-vous que le club puisse avoir pour l’année prochaine ?

« Je pense que le RC Lens n’est pas à sa place, mais il ne faut pas non plus crier n’importe-quoi sur tous les toits. Il faut rester concentrés sur soi-même, travailler durement et à l’écart pour atteindre les objectifs et ne pas trop parler. »

Dire avant le début de saison que l’on va monter est parfois la meilleure manière de ne pas monter… On le voit avec votre ancien club Lorient cette année…

« Exactement. Je pense qu’il ne faut pas parler. Je pense que Nîmes, en début de saison, n’a pas crié sur tous les toits qu’ils voulaient remonter, l’AC Ajaccio n’a rien dit, Clermont non plus. Il ne faut pas parler, se concentrer sur ses objectifs et le terrain, et ensuite montrer quels sont nos objectifs. »

Propos recueillis par Pascal Guislain (RBM 99.6FM) pour MadeInLens

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.