RC Strasbourg Alsace - RC Lens : les notes de Madeinlens

18 RC Strasbourg RC Lens NotesLe RC Lens se déplaçait ce samedi après-midi au Stade de la Meinau afin d'y affronter les promus du RC Strasbourg Alsace pour le compte de la 18e journée de la Ligue 2. Une confontation aux allures de L1 qui se révélait être un match important pour les Sang et Or au regard des résultats de la veille puisqu'il s'agissait de s'installer à la deuxième place du classement en cas de victoire en terre alsacienne. Les Strasbourgeois pouvaient quant à eux rejoindre les Lensois à la troisième place du classement.

Dès les premières minutes, les Alsaciens mirent la pression sur des Sang et Or, moins mordants et incisifs dans les duels. Et, dans un stade de la Meinau bouillant,  Strasbourg ouvrait la marque dès la 9ème minute par Grimm à la suite d'un corner entâché d'une faute sur Hafez. Aussitôt, le RC Lens tentait de réagir et le match s'emballait dans une atmosphère électrique. Les Sang et Or eurent l'opportunité de revenir au score mais ce sont les Strasbourgeois qui firent preuve d'une redoutable efficacité en profitant de la naïveté des Sang et Or (but de Bahoken démarqué au deuxième poteau à la 31e). Le match fut par la suite haché et, Strasbourg, conquérant et agressif, repartait aux vestiaires avec cet avantage de deux buts, au terme d'une mi-temps assez tendue.

La deuxième mi-temps repartit sur les mêmes bases que la première. Strasbourg se procura deux belles occasions avant de laisser la ballon à Lens et de profiter de contres. L'arbitrage était une nouvelle fois discutable (pénalty oublié pour une faute de Ndour sur Fortuné, 58e) et les Sang et Or avaient toujours autant de mal pour construire des offensives. La copie lensoise était brouillonne et très décevante. Strasbourg en profita. A la 70e minute, Seka, seul au second poteau, crucifia Douchez à la suite d'un deuxième ballon consécurif à un corner. Lens, sur une accélération de Fortuné, bénéficia d'un pénalty logique suite à une faute de Marester sur ce même joueur concrétisé par Lopez. (67e) Mais cette fin de match ne fut pas une révolte lensoise et un poteau dans chaque camp anima quelque peu ces vingt dernières minutes ennuyantes.

Au final, cette victoire est donc méritée pour Strasbourg qui a étouffé des Lensois apathiques et médiocres. Les Alsaciens, par cette victoire, recollent au peloton et rejoignent nos Sang et Or à la 3ème place du classement.

Retrouvez les notes MadeInLens des joueurs artésiens ainsi que les appréciations des principaux protagonistes de la rencontre.

Les notes du RC Lens :

Douchez (5) - Lala (5), Duverne (6), Cvetinovic (5.5), Hafez (6.5) - Klonaridis (4) puis Autret (50ème) , Bourigeaud (5), Bostock (4.5), Zoubir (4.5) puis Guira (73ème) - Fortuné (4.5), Lopez (5.5)

Entraîneur : Alain Casanova (4.5)

Remplaçants : Vachoux, Koukou, Guira, Banza, Autret

Les déceptions :

Victor Klonaridis : Le joueur belge, préféré à Gérard, a éprouvé d'énormes difficultés pour exister cet après-midi. Assez tendre dans ses replis défensifs, il n'a pas su exploiter ses qualités de vitesse, tant les espaces étaient réduits et tant ce schéma tactique ne lui convient pas. Par ailleurs, ses prises balle étaient bien trop approximatives. Son rempaçant, Autret fut une nouvelle fois décevant.

John Bostock : Maladroit dans les transmissions et les contrôles, le maestro lensois a une nouvelle fois été décevant ce soir. Les équipes adverses sont plus vigilantes et happent littéralement le milieu lensois qui éprouve les pires difficultés à orienter le jeu. Ses ballons fouettés ont été des cadeaux pour l'adversaire. Attention, les prestations en demi-teinte se suivent et il serait bon de réagir, tactiquement.

Sévère pour Bostock qui joue à un poste exposé. Bien d'autres joueurs de l'équipe auraient pu être cités. 

Les satisfactions :

Karim Hafez RC Lens 03Karim Hafez  Le latéral égyptien est certes concerné par le premier but strasbourgeois mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir. Il ignorait certainement que le crochet droit était autorisé au football. Outre cet incident de match, nous pourrons souligner son incessante activité sur le flanc gauche de la défense.

Jean-Kevin Duverne : Difficile de savoir s'il est responsable sur les buts concédés. Le jeune lensois a été très bon dans ses interventions et progresse dans les relances. Match solide dans l'ensemble.

Cristian Lopez : Courageux, certes parfois maladroit dans ses remises. Il est buteur ce soir et a tenté d'apporter sa hargne. Méritant.

Qu'il était difficile de citer des joueurs lensois ce soir...Alors, disons-le, sans démagogie, ceux qui ont surtout fait honneur ce soir au club, ce sont les supporters lensois. Beau parcage, présent et vocalement puissant, dans un stade bouillant.

Le coaching d'Alain Casanova (4.5) :

Le coach artésien avait décidé de reconduire une composition d'équipe et un dispositif désormais devenus classiques. Seul remplacement à déclarer, celui de Gérard par le Belge Klonaridis, un avaleur d'espace qui peine toujours à trouver ses marques dans ce schéma. Comme contre le Stade Lavallois, Lens a été passif en ce début de match et Strasbourg en a logiquement profité. Cet après-midi, nos protégés étaient bien trop tendres et naïfs. Certes. Mais on peut toujours remettre en cause le choix perpétuel de faire entrer des joueurs dans un schéma tactique sans prendre forcément en compte leurs qualités intrinsèques. Ainsi, le schéma castre souvent la vitesse de Fortune ou celle de Klonaridis. L'action du penalty en est la preuve puisque Fortune provoque une faute en prenant de la vitesse côté gauche. La bonne fin de match de ce dernier, positionné plus haut par défaut, est la preuve de ce dispositif initial stéréotypé. Casanova va devoir réfléchir à des schémas bien plus modulables et adaptés...

La note de le RC Strasbourg (7) :

Bien organisé, volontaire, déterminé dans les duels, Strasbourg a livré une copie propre. Les Alsaciens ne sont certes pas flamboyants techniquement mais leur rigueur et leur efficacité en ont fait un adversaire coriace, qu'il sera difficile de battre à la Meinau. Thierry Laurey a su clairement s'adapter à l'adversaire et mettre en valeur les qualités de ses joueurs au sein d'un schéma adapté à celles-ci. Exemple à prendre.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. 

/script>