updated 06/12/2016 17:10

En plein dans le MiL : la saison de Benjamin Bourigeaud

Benjamin Bourigeaud RC Lens 01La saison 2014-2015 du RC Lens s’est achevée ce samedi et c’est désormais l’heure des bilans. Depuis hier et au cours des prochains jours, l’ensemble de l’effectif lensois sera passé au crible par l’équipe de MadeInLens pour notre rubrique « En plein dans le MiL. »

Après Loïck Landre ce mardi, c’est avec Benjamin Bourigeaud que nous allons poursuivre cette série de bilan.

Lancé dans le grand bain de la Ligue 2 par Antoine Kombouaré la saison passée, Benjamin Bourigeaud avait alors joué 15 matchs et a découvert la Ligue 1 cette saison, comme la plupart de ses coéquipiers. Titularisé à 12 reprises, le milieu de terrain lensois est également entré en jeu à 8 reprises pour un total de 1036 minutes de jeu.

Auteur d’une passe décisive, le milieu Sang et Or a également marqué à deux reprises à Toulouse et face au FC Metz. Victime d’une fracture d’un orteil à la fin mars, Benjamin Bourigeaud n’a pas pu participer à la fin de parcours du Racing Club de Lens, ce qui a fortement perturbé sa saison.

Voyons maintenant comment Romain Pechon et de Thomas ont jugé son parcours cette saison.

L'avis de Romain Pechon :

Auteur de prestations plutôt encourageantes en Ligue 2, Benjamin Bourigeaud a pleinement profité de l'interdiction de recrutement du Racing Club de Lens pour avoir un vrai rôle dans l'effectif d'Antoine Kombouaré, cette saison. Titulaire aux dépens de Pierrick Valdivia à Nantes, il a connu une phase d'adaptation délicate en Ligue 1, avant de laisser entrevoir de belles choses à l'automne. 

Après avoir passé quelques matchs sur le banc de touche, Benjamin retrouve le onze de départ pour le déplacement à Evian. Mais, c'est surtout contre Toulouse, dans un rôle de récupérateur, qu'il fait parler de lui pour la première fois de la saison. A l'origine du premier but, il double la mise sur une merveille de contre, contribuant pleinement à un surprenant succès en terre toulousaine d'un RC Lens particulièrement amoindri. Ce match de qualité lui permet de s'installer dans l'équipe-type, c'est finalement contre Metz qu'il livre son meilleur match de la saison, en étant auteur d'un but et d'une passe décisive. 

Véritablement révélation du début de championnat, il connaît une deuxième partie de saison bien plus compliquée. Confronté à la concurrence de Wylan Cyprien, il s'installe régulièrement sur le banc de touche, au retour de la trêve. Malgré quelques entrées en jeu assez intéressantes (Paris et Evian), il semble avoir perdu la confiance de son entraîneur, et ce pour des raisons extrasportives. Il connaîtra finalement que deux titularisations entre janvier et mars, jusqu'à une terrible fracture du cinquième métatarse, à la suite d'une série de matchs avec l'équipe réserve. Une blessure mettant fin assez prématurément à une saison qui s'annonçait prometteuse.

Après des débuts encourageants, Benjamin Bourigeaud a semblé marquer le pas, en raison d'un physique défaillant et d'un manque de confiance de son entraîneur à son égard. Alors que l'intérêt de plusieurs formations de l'élite à son égard est réel, le natif de Calais pourrait poursuivre l'aventure sous le maillot lensois. Histoire de s'imposer une bonne fois pour toute, pour confirmer les nombreux espoirs placés en lui, en livrant une saison complète et aboutie.  

Note : 5/10. Mention : Passable. 

 

L'avis de Thomas :

Titulaire dès le premier match à Nantes, le jeune milieu de terrain a rarement déçu lorsqu’il était sur le terrain. Très utilisé sur la première partie de saison, il se retrouve davantage sur le banc de touche au début des matchs retours, Antoine Kombouaré lui préférant alors Wylan Cyprien.

Pourtant, souvent juste dans le jeu long, présent au pressing et plutôt adroit sur les coups de pieds arrêtés, il fait du bien dans l’entrejeu lensois même s’il manque souvent de coffre et de physique pour tenir un match complet. D’ailleurs, s’il a débuté 12 rencontres, il n’a joué les 90 minutes qu’à deux reprises (contre Metz et à Caen), étant souvent remplacé entre la 60e et la 70e minute.

Ses deux buts, à Toulouse et contre Metz, viennent ponctuer ses deux meilleurs matchs cette saison. Dommage que sa blessure au pied viennent gâcher sa fin de saison. Avec les problèmes d’effectif d’Antoine Kombouaré, Benjamin Bourigeaud aurait bénéficié d’un large temps de jeu et aurait apporté des solutions intéressantes à son entraîneur.

J’espère désormais le revoir en Ligue 2 la saison prochaine, où il devra s’affirmer davantage et franchir encore un palier à son poste.

Note : 6/10. Mention : Assez bien. 

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.