« Physiquement, je m’en sors bien… » explique Anthony, le supporter blessé à Valenciennes

Supporters RC Lens 02Au coup de sifflet final du derby remporté par Valenciennes face au RC Lens samedi (4-2), une petite partie des supporters lensois présents dans l'immense parcage a cassé et jeté des sièges du Stade du Hainaut vers la pelouse. Anthony Martel (25 ans), habitant de Lapugnoy et abonné en Marek avec la section Excel Lens de Douvrin, a été blessé à la tête par l'un de ces sièges... Pour La Voix du Nord, celui qui vivait son premier déplacement raconte le moment de l'accident.

« J’étais tout en bas de la tribune. On était entrés dans le stade sans problème. (...) Après la fin du match, le joueur valenciennois vient chambrer. Et là, je suis très rapidement touché. Je n’ai pas eu le temps de voir grand-chose… Je tombe au sol. Sur le coup, honnêtement, je pense que c’est une bombe, un attentat. Je suis à terre. Et je regarde mes mains : elles sont pleines de sang. Je prends peur et me retrouve sur le terrain, car je saute au-dessus de la barrière. Un steward est tout de suite venu m’aider. Je recevais encore des sièges, alors que j’étais au sol... Je vois encore mes amis qui hurlent. Après, j’avoue qu’à partir de là, c’est un peu plus flou… »

Cinq points de sutures et un vrai choc psychologique

« J’ai eu cinq points de sutures derrière la tête, au niveau de l’occiput, poursuit-le supporter, à qui le médecin a expliqué que le coup aurait pu être mortel à quelques centimètres près. Au final, physiquement, je m’en sors bien. C’est la violence psychologique qui est le plus difficile à gérer. Je ne m’y attendais pas. (...) Au final, la plaie, ce n’est pas grand-chose, mais il me faudra du temps pour m’en remettre psychologiquement… »

Lundi, Anthony Martel a décidé de porter plainte. Sur la plainte qu'il a déposée et ses contacts avec le club après l'incident, il explique : « Oui, j’ai hésité, honnêtement, parce que c’est quand même l’un des nôtres qui a fait ça. Avant ça, je voulais que le club me contacte pour m’expliquer ce que je devais faire. J’avais vu Arnaud Pouille juste après, au stade, et il m’avait demandé de lui donner des nouvelles. Je l’ai eu, samedi soir. Mais, depuis, je n’ai eu aucune nouvelle… (...) »

Source : La Voix du Nord

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.