Luc Dayan et la situation financière du RC Lens après la descente de 2011

Luc Dayan RC LensAu chevet du SC Bastia depuis le mois d’août, Luc Dayan revient sur l’accident important que représente une relégation de Ligue 1 en Ligue 2, notamment au niveau des droits TV. L’ancien président du RC Lens revient sur la situation du club Sang et Or, qui a subi les mêmes déboires lors de son retour en Ligue 2 en 2011 et qui a dû trouver des moyens de compenser la forte baisse de revenus liés à cette relégation.

« Le problème, c'est que le jour où vous descendez, vous avez une baisse des recettes d'environ 60-70 %, avec les droits télé, les recettes spectateurs, sponsoring... Mais les coûts ne baissent pas autant, parce que c'est long d'adapter les structures, entre centre de formation, service marketing, etc. Donc vous avez deux options. Soit vous vendez des actifs – joueurs, bâtiments, centre de formation. Quand Lens est descendu, Gervais Martel n'avait pas de fonds propres. Il a vendu Varane, un maximum de jeunes, ses droits marketing à Sportfive pour vingt-cinq ans, il a hypothéqué son centre de formation... Ça lui a permis de boucher les trous, mais ça a amputé les ressources, c'est un cercle vicieux. Soit vous avez la possibilité d'apporter de l'argent en tant qu'actionnaire. Mais avec les tailles qu'ont pris les budgets de club, qui même en Ligue 1 dépendent des ventes de joueurs sur des montants en dizaines de millions d'euros, c'est très compliqué, surtout pour les gros. Et en même temps, c'est quelque part obligatoire, parce que sinon vous déposez le bilan. »

Source : SoFoot

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. 

/script>