Exclu MadeInLens - Yannick Gomis, « un excellent attaquant, un bon joueur tout simplement »

Yannick Gomis US Orleans RC LensAlors que le RC Lens a annoncé l'arrivée de Yannick Gomis pour ce mercato estival, l'attaquant de l'US Orléans laisse de bons souvenirs dans le Loiret, comme en témoigne Raphaël Coquel. Journaliste de La République du Centre, Raphaël Coquel suit le club orléanais depuis de nombreuses années et a vu arriver le néo-Lensois il y a deux saisons, a suivi sa progression et sa réussite la saison dernière avec 12 buts inscrits.

En exclusivité pour MadeInLens.com, il livre son avis sur le nouvel attaquant des Sang et Or, dont il ne parle qu’en bien, et on sent une pointe de regret dans sa voix quand il parle du départ du buteur de l'USO.

Que pensez-vous de Yannick Gomis, la nouvelle recrue lensoise ?

« C’est un très bon footballeur, un bon gars qui sent le football. Il a marqué 12 buts cette saison, dont le but qui fait gagner Orléans au stade Bollaert-Delelis. C’est un gars bien, qui va chercher les buts : il a grandement aidé le club à se maintenir facilement cette saison. C’est notamment lui qui, par ses buts, a donné de l’air au moment où l’équipe en manquait dans sa difficile quête du maintien… »

Quand est-il arrivé chez vous ?

« Il y a deux ans. C’est l’ancien président qui l’avait remarqué lors d’un séjour au Sénégal. Il l’avait repéré à NGor, en seconde division sénégalaise. Il l’avait trouvé bon et l’a ramené dans ses valises. Quand il est arrivé, il jouait en DH. Il était bon mais on ne savait quelle  était sa réelle valeur. Au début, du côté des journalistes, on se disait que c’était un truc de président et que cela n’irait pas plus loin… On s’était trompé : il a gravi les échelons petit à petit, il a fait des apparitions en National. Mais ce qui a tout changé pour lui, c’est l’arrivée de Didier Ollé-Nicolle, le nouveau coach en janvier 2017. Olivier Frapolli l’appréciait mais ne lui faisait pas confiance au point de le faire jouer. Je crois que, dans son esprit, il était un remplaçant. Didier Ollé-Nicole l’a propulsé titulaire. Si Orléans se maintient en Ligue 2 l’an dernier, c’est grâce à lui. Il marque les buts qu’il faut au bon moment. Cette saison, il marque 12 buts, il a fait le boulot. Il a fait une saison pleine dans une équipe qui souhaitait un maintien tranquille. »

Est-il prêt pour partir ?

« On le sentait depuis quelques semaines. Le club avait reçu une proposition qu’il avait repoussée en l’estimant trop faible. On savait qu’il n’allait pas pouvoir refuser longtemps. Je pense que le club a fait augmenter un peu les enchères et ne pouvait pas se louper également : au mercato d’hiver, il aurait été libre, puisqu’il n’avait plus qu’une seule année de contrat. Le RC Lens va donc le récupérer. J’espère que cela va bien se passer pour lui, parce qu’il le mérite. Quand il ne jouait pas, il ne s’est jamais plaint : il bosse toujours. Quand il est devenu titulaire, il ne s’est pas cru arrivé. C'est un bon gars, un chic type ! Il a aujourd’hui 25 ans, je ne le vois pas changer : il a passé l’âge de prendre le melon. Il aurait pu exploser plus tôt. Il lui a seulement manqué la confiance d’un entraîneur. Cette année, il a tout cassé, en marquant des buts importants contre les grosses équipes. Il a marqué un but à Lens, alors que son équipe jouait à 10 contre 11. Les points pris en Artois ont permis à l’équipe de passer une saison tranquille, sans la pression du résultat. Toute l’équipe est d’accord sur ce point : ce sont les points pris à Lens qui ont donné l’élan à l’équipe pour se maintenir. »

Est-il efficace ?

« Il l’a été cette année. Cela n’était pas le cas l’année dernière. Mais il ne cesse de s’améliorer. Il  marqué 12 buts sans tirer un seul pénalty. Il n’a pas tiré les coups francs non plus. Il a eu quelques petits problèmes physiques qui l’ont éloigné des terrains. Je ne suis pas certain qu’il ait joué trente matches (31 apparitions en Ligue 2 cette saison, ndlr). Il n’est pas fragile : il a simplement été victime d’une déchirure qui l’a éloigné près de deux mois des terrains. Il n’est pas fragile, il est même dur à la tâche. Il a serré les dents quand le rythme des matches s’est enchaîné. Pas facile de monter physiquement en puissance rapidement. Je crois qu’il a voulu revenir trop vite, ce qui a été la raison d’un retour plus long que prévu. C’était déjà la rançon du succès. Les autres attaquants étaient blessés et on lui a demandé de revenir plus vite que prévu. »

Pour vous, le RC Lens a-t-il fait une bonne pioche ?

« Tout à fait ! C’est un bon. Je ne sais pas comment Philippe Montanier va l’utiliser mais nous, à Orléans, on l’a connu à tous les postes du milieu de terrain et de l’attaque. Il peut dépanner sur pas mal de postes même si, pour moi, c’est un excellent attaquant. Ce n'est pas un attaquant qui attend que le ballon lui tombe dans les pieds : il a de bonnes qualités de dribbles, du jeu de tête, endurant, un bon joueur tout simplement. La question que l’on peut se poser, c’est : quel sera son rôle dans une équipe plus huppée ? A Orléans, il apportait l’étincelle : qu’en sera-t-il  à Lens ? Je suis ravi pour lui que Lens lui donne sa chance. »

Le premier match, c’est Orléans-RC Lens. Ce sera un retour rapide au stade de la Source pour lui !

« Oui, il n’a pas d’ennemis ici, il est le chouchou du public. Un retour rapide à la maison en somme. Nous lui souhaitons le meilleur, nous qui l’avons vu débuter… »

Propos recueillis par Pascal Guislain (RBM 99.6FM) pour MadeInLens

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.