Quevilly-Rouen - RC Lens : On joue à se faire peur ?

26 Quevilly Rouen Metropole RC Lens presentationSouvent dans la vie, nous avons tous ressenti une impression de déjà-vu, l’impression d’avoir vécu un moment, que l’histoire se répète. Je ne suis pas d’une nature pessimiste mais quelques signes, en étant supporter lensois, me font peur.

26 mai 2007 : Le RC Lens se déplace à Troyes déjà relégué pour assurer une place en Ligue des Champions. Les Sang et Or s’écroulent en subissant une défaite 3 à 0, le début de la descente aux enfers.

19 mai 2017 : On connaît l’histoire…

Dans les deux cas, la saison suivante, le Racing s’affiche dans les deux divisions comme un favori avec un gros effectif. Dans les deux cas, la saison ressemble à un chemin de croix. En 2007, Guy Roux quitte le navire, en 2017 Alain Casanova est débarqué.

En 2008, personne ne pouvait croire ou imaginer une descente en Ligue 2 et pourtant…

En 2018, personne ne veut croire à une descente en National et pourtant…

Pour finir le parallèle, dans les deux situations, un beau parcours en coupe vient éclaircir la saison. En 2008, une défaite et la banderole étouffent l’éclaircie. En 2018, ce sont nos propres joueurs qui font parler d’eux dans la rubrique fait divers.

Ce 19 février prochain, les hommes d’Eric Sikora se déplacent face à Quevilly-Rouen, club créé de toutes pièces et qui occupe le stade du véritable club rouennais, le FC Rouen. Après le calendrier démentiel de janvier-février, où le Racing aura laissé beaucoup de confiance et de points, les Lensois vont en Normandie en ayant pu souffler depuis le derby contre Valenciennes.

Le vrai tournant de la saison est bien ici. En cas de victoire en terre normande, ce serait 8 points d’avance sur notre adversaire et de quoi respirer pour le maintien. En cas de défaite, les Sang et Or sentiraient le souffle de leurs poursuivants revenir à deux points. Et on sait que dans la dernière ligne droite, ces dernières années, le Racing a tendance à s’écrouler.

Et je ne sais pas vous, mais mon cœur de supporter aimerait bien un peu de repos et de sérénité. A Quevilly, ville d’origine de Franck Dubosc, désolé mais ce lundi soir « On n’attend pas Patrick ».

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.