1997-1998 - le RC Lens en route vers le titre : épisode 5 - RC Strasbourg - RC Lens

RC Lens MadeInlens 1997 1998 en route vers le titre de championIl y a 20 ans, le RC Lens sortait d'une saison calamiteuse et se trouvait à l'aube d'une saison fantastique à l'issue de laquelle les Sang et Or arrachaient le titre de champion de France à Auxerre.

Pour fêter les 20 ans de cette saison exceptionnelle, MadeInLens.com vous propose de vous replonger dans cette saison au travers d'une série d'articles qui vous feront revivre les moments-clés de ce championnat.

Pour ce cinquième épisode de notre série « 1997-1998 - le RC Lens en route vers le titre », MadeInLens.com revient sur la deuxième journée de championnat, qui voit les Sang et Or se rendre à Strasbourg. Offensifs et dominateurs, les Lensois de Daniel Leclercq ouvrent la marque mais sans breaker et se font avoir par des Strasbourg ultra-réalistes.

2ème journée (9/8/1997) : RC Strasbourg - Lens 2-1

Stade de la Meinau
19.993 Spectateurs
Arbitre : Gilles Veissière

Buts : David Zitelli (69e et 81e) pour Strasbourg ; Tony Vairelles (61e) pour le RC Lens

Compositions :
RC Strasbourg : Alexander Vencel, Jean-Luc Dogon, Jan Suchopárek, Philippe Raschke, Valérien Ismaël, Godwin Okpara, Frédéric Arpinon, Gérald Baticle, Olivier Dacourt (Christophe Kinet 63'), Pascal Nouma (Denni Conteh 57'), David Zitelli (Raphaël Miceli 83')
Entraîneur : Jacky Duguépéroux
RC Lens : Guillaume Warmuz, Jean-Guy Wallemme, Cyrille Magnier, Frédéric Déhu, Éric Sikora, Michaël Debève, Stéphane Ziani (Aboubacar Sankharé 88’), Philippe Brunel, Vladimír Šmicer (Wagneau Eloi 70'), Anto Drobnjak, Tony Vairelles 
Entraîneur : Daniel Leclercq

C'est tout auréolé de leur costume de leader que les Lensois rendent visite au RC Strasbourg. Pour cette rencontre, Daniel Leclercq a décidé de confier les clés de l'attaque à un trident composé de Smicer, Vairelles et Drobnjak.

La première mi-temps ressemble à une leçon de football donnée par les Sang et Or aux Alsaciens. Pendant ces 45 premières minutes, les Lensois multiplient les occasions franches. C'est d'abord un magnifique mouvement offensif entre Ziani et Smicer qui débouche sur un centre en retrait de ce dernier vers Anto Drobnjak qui, seul devant Vencel, n'arrive pas à cadrer. Il y arrive victorieusement à la 30e, pensant débloquer son compteur but mais le juge de touche lève son drapeau pour signaler une position de hors-jeu extrêmement limite. C'est ensuite Tony Vairelles qui frappe le poteau à la suite d'un une-deux d'école avec Stéphane Ziani. On se demande comment les Strasbourgeois reviennent au vestiaire sans être menés au score. Les Lensois sont techniquement impressionnants et font étalage d'une grande maîtrise dans tous les secteurs. Seule la finition fait défaut.

Au retour des vestiaires, c'est le même scénario. Les hommes de Daniel Leclercq continuent d'attaquer de tous les côtés, ce qui sera d'ailleurs le leitmotiv de toute leur saison.

C'est à l'heure de jeu que les lensois parviennent enfin à ouvrir le score. Sur un coup franc joué rapidement, Stéphane Ziani, dans tous les bons coups, décale Tony Vairelles, qui d'une frappe du gauche en première intention, réussit enfin à tromper le portier alsacien. C'est plus que mérité sur l'ensemble de la partie et on se demande à cet instant si les Strasbourgeois, bien inoffensifs jusque là, vont être capables de réagir. Dans la foulée du but de Vairelles, un décalage initié par Drobnjak permet à Vladimir Smicer de se présenter face à Vencel. Sa frappe passera au-dessus. L'occasion de tuer définitivement le match venait de passer pour les Sang et Or.

Jusque là, Guillaume Warmuz passait une soirée très tranquille. Hormis une tête de Suchoparek en première période, le portier artésien était au chômage. Mais il ne put rien faire sur une reprise du droit de David Zitelli, légèrement lâché au marquage par Jean-Guy Wallemme. Les mouches venaient de changer d'âne, comme on dit dans le Monde de l'ovalie.

Mais pire, la cabane allait tomber sur le chien. A 10 minutes du terme, David Zitelli, encore lui, plaçait une frappe magistrale de 25 mètres dans la lucarne de Warmuz. Une frappe du droit pour un joueur qui est un pur gaucher et dont le pied droit lui servait uniquement à monter dans le bus. Décidément, on aura assisté à une drôle de soirée.

Pas sûr qu'elle aura fait rire le Grand blond.

L'anecdote de Pascal Guislain

Face à RC Strasbourg, le RC Lens montre son potentiel et souligne ses manques. Lors de ce premier match à l'extérieur de la saison, le RC Lens affichait un bel optimisme. Le Racing venait de battre un cador du championnat, Auxerre, et Daniel Leclercq avait décidé de jouer l'offensive à domicile comme à l'extérieur...

A la pause, les journalistes lensois n'en revenaient pas : si Lens avait mené 4 ou 5-0 , cela n'aurait été en rien volé… Strasbourg avait été étouffé.

Mais une rencontre dure 90 minutes. Les Sang et Or auront des occasions, mais c'est Strasbourg qui se montre le plus réaliste. Sur ses quasi deux seules occasions, David Zitelli a ruiné les espoirs de points lensois. Si Lens avait perdu, il avait impressionné par son potentiel… Cela demandait simplement confirmation.

RC Strasbourg - RC Lens : le résumé vidéo

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. 

/script>