updated 31/03/2017 11:15

RC Lens - FC Metz : les notes de MadeInLens

Coupe de France 32e RC Lens FC Metz NotesL'année 2017 commence en beauté pour des Sang et Or qui s'inscrivent de façon rassurante dans la lignée directe des principes de jeu bâtis depuis l'été dernier. La venue d'une équipe de L1 à Bollaert-Delelis, bien qu'en difficulté, était un étalonnage intéressant pour un groupe qui affiche clairement ses ambitions, et dont le jeu de plus en plus huilé se heurte parfois à l'âpreté des joutes de L2. Cette opposition face à des messins souvent victimes préférées des lensois était également l'occasion de voir évoluer nos Sang et Or sans John Bostock, suspendu, lui qui a pris une place prépondérante dans le collectif.

De cette équation à deux inconnues, les Lensois en sont sortis confortés dans leur plan de jeu, malmenant une pâle équipe messine, dont les soucis extra-sportifs récents n'arrangent rien au tableau déjà morose que dessinent leurs insuffisances. Après dix premières minutes d'observation, les hommes d'Alain Casanova ont rapidement haussé le rythme, confisquant le ballon au 19è de L1 de plus en plus sur le reculoir. Dominateurs dans l'entrejeu, compacts et complices, il ne manque qu'un peu plus de justesse technique aux Sang et Or pour se montrer plus dangereux. Lopes s'essaie une première fois (10è) avant que Zoubir ne fasse passer un premier vrai frisson dans la défense lorraine (16è) sur un centre tendu que Fortuné ne manque de convertir. On reprend les mêmes acteurs 6 minutes plus tard, mais Fortuné dévisse sa volée au second poteau.

En face, l'édifice messin semble bien fragile, à l'image d'un Guido Milan peu inspiré et d'un Assou Ekoto bien passif. Seule alerte de cette première période, une percée de Nguette dans la surface, qu'il prend pour l'occasion pour le grand bassin, mais son plongeon ne trompe pas l'arbitre. Kawashima est mis à contribution (37è, 39è) par Zoubir puis Bourigeaud qui viennent chauffer les gants du portier japonnais. En face, le pauvre Jérémy Vachoux est au chômage technique, et sa défense centrale à peine plus sollicitée durant ce premier acte, qui voit les Lensois mal payés de rentrer aux vestiaires sur un score nul et vierge.

Le début de seconde période s'inscrit dans la lignée de la première, et les frappes lensoises se succèdent. Fortuné (48è, 53è) hors cadre, Autret en duel avec Kawashima ne parviennent toujours pas à convertir la domination nette des artésiens. Le salut arrive à l'heure de jeu, quand une première frappe de Cristian détournée par le portier messin revient dans les pieds de Bourigeaud, initiateur du mouvement, qui conclue victorieusement. Ce n'est que mérité, mais cette ouverture du score va avoir le don de relâcher l'attention collective des Sang et Or. Jérémy Vachoux se montre alors décisif une première fois à bout portant face à l'entrant Diallo (67è), dont il dévie la reprise sur sa barre, puis dans la minute suivante face à Maziz.

Ni les derniers changements, avec les entrées de Gérard et Klonaridis notamment, ni l'expulsion de Koukou (84è) ne viendront perturber la machine lensoise, qui se libère définitivement dans les arrêts de jeu. Fortuné sert Lopes, dos au but, qui profite de la largesse défensive messine pour se retourner et crucifier Kawashima d'une frappe croisée (91è). Victoire face à une L1, qualification pour les 16èmes de finale et plein de confiance, pas de doute : l'année 2017 lensoise est lancée !

Retrouvez les notes MadeInLens des joueurs artésiens ainsi que les appréciations des principaux protagonistes de la rencontre.

Les notes du RC Lens :

Vachoux(8) – Zedadka(7) puis Scaramozzino (92è), Duverne(6), Cvetinovic(6), Lala(6.5) – Autret(6.5) puis Klonaridis (80è), Koukou(5.5), Bourigeaud(7.5), Zoubir(6) puis Gérard (70è) - Lopez(6.5), Fortuné(8)

Remplaçants : Douchez, Fofana, Adim, Zukanovic

Les déceptions :

Djiman Koukou : Difficile de dire que c'est une réelle déception. Il a montré de la présence physique dans ce rôle de récupérateur, qu'il occupait en l'absence du boss Bostock. De la disponibilité aussi, ainsi que de l'envie. Quelques erreurs dans les transmissions pour une prestation correcte entâchée par ce vilain geste en fin de match qui lui vaudra une suspension.

Abdellah Zoubir : Là aussi ce serait éxagéré de dire que Zoubir a vraiment déçu. Néanmoins, si on a retrouvé l'ailier capable de faire des différences par moment en première période, avec des ballons de but à destination de Fortuné, on l'a aussi senti moins en jambes et moins tranchant qu'à l'habitude. Son vis à vs Rivierez a souvent pris le dessus avant la pause, avant qu'Abdellah s'éteigne en seconde, remplacé par Gérard.

Les satisfactions :

Jeremy Vachoux RC Lens 02

Jérémy Vachoux : le kop lensois ne s'est pas trompé en le désignant meneur du Clapping de fin de match. C'est aussi sur ce genre de match que l'on remarque les grands gardiens : le dernier rempart n'a rien à faire ou presque, et il sort l'arrêt sur sa première vraie sollicitation. Et quel arrêt ! Une reprise à bout portant détournée sur sa barre. La baraka suit aussi les grands gardiens... A nouveau décisif la minute suivante, il a fait la différence à lui seul.

Kevin Fortuné : Au four et au moulin ! L'heureux détenteur d'un nouveau contrat au Racing a honoré celui-ci de la plus belle des manières. Généreux dans ses efforts devant comme en repli, sa palette s'élargit. Son travail d'appui dos au but était un régal, et s'est avéré très précieux pour le collectif. Une énergie débordante jusqu'à la dernière minute, où il est passeur pour le but de Lopes. Monsieur Généreux !

Benjamin Bourigeaud : Orphelin de son compère esthète du milieu de terrain, son rayonnement dans le jeu ne s'en est pas trouvé amoindri pour autant. Très propre dans ses transmissions, à l'initiative sur le jeu long, il est récompensé par l'ouverture du score, lui qui avait initié l'action avec Lopes.

Le coaching d'Alain Casanova (7) : Hafez et Guira retenus pour la CAN, les solutions étaient plus comptées pour l'entraîneur artésien. Son choix de décaler Lala à gauche et de faire confiance à Zedadka s'est avéré payant. Le premier a assuré une prestation solide, prouvant une nouvelle fois sa polyvalence, tandis que le second a été l'auteur d'un match très convaincant et généreux tant sur le plan défensif qu'offensif, où il s'est montré régulièrement disponible en dédoublant avec Autret. Les intentions de jeu restent les mêmes en 2017, quel que soit l'adversaire. Cette constance est prometteuse pour la suite.

La note du FC Metz (4) : Englués dans une spirale de résultats négatifs depuis la mi-novembre, les lorrains ont pris un coup de plus derrière la tête avec 2 points de perdus suite aux incidents ayant eu lieu contre Lyon (match à rejouer). Ils n'avaient vraiment pas besoin de ça, tant ils paraissent fébriles défensivement et dans le jeu. Certes ils avaient à déplorer plusieurs absences de taille, mais les têtes semblent atteintes, et il va falloir un électrochoc pour sauver le soldat grenat...

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.