updated 08/12/2016 06:24

RC Lens - Tours FC : l'antisèche

02 RC Lens Tours ResumeUne semaine après une reprise poussive à Niort, le RC Lens jouait son premier match, devant son public, au stade Bollaert-Delelis. Une première qui n’a pas été couronnée de succès et au cours de laquelle le Racing s’est rapidement retrouvé en infériorité numérique.

Si Benjamin Bourigeaud avait tout d’abord ouvert le score, à la suite d’une sortie hasardeuse de Quentin Westberg, ce sont bien les Artésiens qui ont couru après le score en deuxième période. Entré en cours de jeu, Kévin Fortuné a permis à son équipe d’accrocher le point du match nul.

Quels enseignements peut-on retenir de cette rencontre ? Comment le RC Lens a géré cette infériorité numérique ? Tour d’horizon avec l’antisèche du match.

 

 

Une défense en souffrance

Privé de son capitaine, Loïck Landre, retiré de la feuille de match en dernière minute, le RC Lens a grandement souffert sur le plan défensif. Pour sa première titularisation, Mohamed Fofana, promu capitaine pour l’occasion, n’a même pas passé la demi-heure de jeu. Auteur d’un tacle non maîtrisé aux abords de la surface de réparation de Nicolas Douchez, l’ancien Rémois a été logiquement expulsé par Monsieur Hamel. Jusqu’à ce fait de jeu, il avait déjà montré certaines difficultés dans le placement défensif, en étant régulièrement pris dans son dos par les changements de jeu rapides du milieu de terrain tourangeaux. Pour autant, il serait erroné de le rendre responsable de tous les maux défensifs artésiens. C’est l’alignement défensif dans son ensemble qui est fortement contestable sur ce match. Que ce soit Mohamed Fofana, Dusan Cvetinovic ou Abdoul Ba, tous ont semblé perdu dans ce nouveau dispositif. Le but égalisateur de Malfleury, bien que faisant suite à une superbe talonnade de Bryan Bergougnoux, est le symbole des difficultés de placement et de couverture de l’arrière-garde artésienne. Alors que la qualité de la première relance avait fait défaut contre Niort, c’est la capacité à défendre en bloc et de manière cohérente qui a pêché contre Tours.  

 

Le "B3B" bien connecté

Même si tout n’a pas encore été parfait contre Tours, il y a bien un secteur de jeu où le RC Lens affiche un certain potentiel, c’est au milieu de terrain. Encore perfectible, le trio Bellegarde-Bourigeaud-Bostock affiche pour autant une certaine complicité et des motifs d’espoir. Titulaire surprise depuis le début de saison, Jean-Ricner Bellegarde, tout juste 18 ans, affiche une sérénité à toute épreuve. Habile techniquement, il a très vite pris ses marques au niveau professionnel et constitue la belle surprise de ce début de saison. Reste à lui de se responsabiliser un peu plus en sortant de sa zone de confort.

Tête d’affiche du recrutement artésien, John Bostock fait déjà office de leader technique de la formation d’Alain Casanova. Si l’impression générale n’est pas toujours impressionnante, rappelant le manque de vivacité de Pierrick Valdivia, l’ancien Spur, gaucher lui aussi, n’en demeure pas moins la tour de contrôle du jeu lensois. A l’origine des deux buts de son équipe face à Tours, il est aussi le vrai baromètre du RC Lens. Lorsque Bostock disparaît un peu de la circulation, c’est tout le RC Lens qui est en souffrance. Traditionnellement habile sur les coups de pied arrêtés, il n’a pas franchement été en réussite dans cet exercice, vendredi soir. S’il gagne en constance sur 90 minutes et ajuste sa patte gauche sur les phases arrêtées, il deviendra très vite le chouchou du public.

Rescapé du milieu d’Antoine Kombouaré, Benjamin Bourigeaud livre un bon début de saison. Buteur opportuniste contre Tours, il apparaît comme le complément idéal à John Bostock. Avec une concurrence moins fournie que la saison passée et un train d’avance sur Patrick Olsen, en difficulté sur le plan physique, le natif de Calais a un boulevard devant lui pour s’imposer définitivement au sein du milieu de terrain lensois. En outre, il dispose de nouvelles libertés dans ce schéma de jeu auquel il semble plutôt bien s’acclimater. Alors que Samba Diakité est annoncé avec insistance au RC Lens, c’est pourtant bien dans ce secteur de jeu qu’Alain Casanova semble disposer d’un maximum de certitudes, avec un trio aussi compétitif que complémentaire. 

 

Zoubir, un homme dans le match

Titulaire à la pointe du 3-5-2 (1-1) d’Alain Casanova, Abdellah Zoubir s’est rapidement retrouvé orphelin de son partenaire d’attaque, Mathias Autret, remplacé par Jean-Kevin Duverne, afin de compenser l’expulsion de Mohamed Fofana. Esseulé dans ce qui ressemblait alors à un 3-5-1, Zoubir a touché très peu de ballons jusqu’à l’heure de jeu, payant en quelque sorte l’attentisme de son entraîneur. Les entrées rapprochées d’Abdelrafik Gerard (59e) et Kévin Fortuné (66e) ont eu pour effet de redonner un certain dynamisme à l’attaque artésienne. Repositionné à gauche, Zoubir a ainsi retrouvé beaucoup plus de liberté et surtout une position bien plus naturelle. En l’espace de vingt minutes, l’ancien istréen a été bien plus dangereux que durant la première heure de jeu. Surtout, ce choix tactique s’est avéré payant sur le plan collectif. Au-delà du but inscrit par l’entrant Kévin Fortuné, le RC Lens, pourtant en infériorité numérique, a alors repris le contrôle du jeu et fait reculer le bloc équipe tourangeaux. Si le choix d’Alain Casanova de conserver, dans un premier temps, la défense à cinq est discutable – bien que le Racing mène alors au score – sa capacité à bouleverser ses plans en fin de match est plus que louable. Quant à Abdellah Zoubir, alternant le bon et le moins bon, pas toujours mis dans les meilleures dispositions, il est clairement le joueur idoine pour symboliser cette inconstance lensoise sur l'ensemble du match.  

 

En bref

  • - Le RC Lens vient de signer son quatrième match nul consécutif à domicile contre le Tours FC (0-0 en 2012-2013 ; 2-2 en 2013-2014 ; 1-1 en 2015-2016).

  • - Mohamed Fofana a été expulsé pour sa première titularisation. Dusan Cvetinovic avait connu pareille mésaventure la saison dernière pour sa première apparition sous les couleurs lensoises (4e journée de Ligue 2, Dijon 2-0 Lens).

  • - Pour sa 186e apparition dans le monde professionnel (championnat et coupes nationales confondues), Mohamed Fofana a récolté le premier carton rouge de sa carrière.

  • - Avant Mohamed Fofana, Abdoul Ba était le dernier joueur lensois à avoir écopé d'un carton rouge en championnat (23e journée de Ligue 2, 2015/2016, Le Havre 2-0 Lens).

  • - Kévin Fortuné a inscrit son premier but lors de sa première apparition à Bollaert. Le dernier Lensois à avoir réalisé pareille performance était Mathias Autret (2ère journée de Ligue 2, 2015/2016, RC Lens 1-1 Red Star). Le dernier lensois a avoir marqué pour sa toute première apparition demeure Danijel Ljuboja (1ère journée de Ligue 2, 2013/2014, RC Lens 1-0 CA Bastia).

  • - Avec 26 141 spectateurs, le RC Lens réalise la meilleure affluence de cette 2e journée du championnat de France 2016/2017 de Ligue 2. C’est pourtant la plus faible affluence pour un match inaugural en Ligue 2 au stade Bollaert-Delelis depuis 2012/2013 (1ère journée de Ligue 2, RC Lens 2-2 Le Mans, 14 782 spectateurs).

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé
Veuillez vous connecter pour commenter

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.