Alexandre Coeff : « Partir du RC Lens a été un déchirement »

Alexandre Coeff RC Lens 02Transféré à l'Udinese à l'été 2013, Alexandre Coeff n'a jamais joué avec le club italien, qui l'a prêté en Espagne, en Belgique, au GFC Ajaccio et, désormais, au Stade Brestois. Avant de retrouver les Sang et Or ce samedi, l'ancien Lensois revient sur ce transfert et ne regrette pas ses années de galère avec le club italien.

« Je ne regrette pas car cela a fait de moi le joueur et l’homme que je suis. Et puis on ne peut pas revenir en arrière. En Espagne, j’ai joué devant 80 000 personnes, des idoles du Barça ou du Real. Tu pars à Udinese bourré de certitudes, tu te retrouves en Espagne et c’est tout juste si le coach savait que je jouais. J’ai l’impression de repartir de zéro. »

– Votre départ de Lens a laissé une impression étrange. Tout s’est passé très vite, tout le monde n’a pas compris.

« Partir de Lens a été pour moi un déchirement. Je dois tout à ce club et j’avais envie de rendre un maximum sur la durée. Avant que la saison se termine, j’étais monté dans la Marek dire aux supporters ‘’Ne vous inquiétez pas, on va revenir. On a besoin de vous, je vais rester.’’ Finalement, je n’ai pas pu dire au revoir. Ça s’est fait tellement vite. J’en ai souffert, il m’a fallu du temps pour tourner la page. Ma copine est de la région lensoise, mes amis sont ici. Quand on vit de l’âge de 15 à 22 ans quelque part, on se forme en tant que joueur, mais aussi en tant qu’homme. Vous allez rire, mais pour les vacances, je remonte dans le Nord. Je reste toujours attaché à la région. Le centre de formation est une école de la vie. Je dois tout à Lens. »

Source : La Voix du Nord

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. 

/script>