updated 10/12/2016 12:26

RC Lens - FC Nantes : Une victoire pour envisager l'espoir

RC Lens FC Nantes Pablo Chavarria buteur supportersCe samedi soir, dans le cadre de la 38e et dernière journée du championnat de France de Ligue 1, le Racing Club de Lens recevait le Football Club de Nantes pour son dernier match dans le stade (maudit) de la Licorne. Un match sans enjeu réel pour les deux équipes qui voulaient cependant côturer la saison par une victoire. Malgré un match où les Lensois n'ont quasiment pas touché le ballon, un éclair d'Aristote Madiani a permis à Pablo Chavarria de planter son 7e but de la saison. Lens s'impose 1-0 et met fin à une saison cauchemardesque.

RC Lens : Atrous - Moore, Landre, Kantari, Gbamin - Cyprien, Le Moigne, Valdivia (Boulenger 79') - Madiani (El Jadeyaoui 75'), Chavarria, A. Coulibaly (Nomenjanahary 72').
Remplaçants : Belon, Ab. Ba, Lecoeuche, Sylla.

FC Nantes : Ré. Riou - Dubois (I. Cissokho 81'), Djidji, Djilaboldji, Veigneau - Veretout, Deaux, Rongier, Bammou (I. Bangoura 64') - Aduel, Gakpé (Nkoudou 55').
Remplaçants : Dupé (g.), Vizcarrondo, Alhadur, R. Gomis, .

Des nantais cueillit à froid

Pour cette dernière rencontre de la saison, Antoine Kombouaré a décidé de rendre hommage à Samuel Atrous en le titularisant pour la première fois de la saison. Une belle récompense pour le gardien formé au RC Lens et qui a eu le mérite d'attendre très longtemps avant de voir sa situation évoluer. On notera également la quatrième titularisation consécutive de Taylor Moore en défense, tout comme celle d'Aristote Madiani au mileu de terrain. Place aux jeunes donc !

Il ne fallait pas être en retard du côté d'Amiens car les Lensois ont démarré pied au plancher. Dès la 3e minute, Pierrick Valdivia se présente seul face à Riou mais se loupe complétement au moment de conclure. Une minute plus tard, Taylor Moore lance superbement sur l'aile droite Aristote Madiani qui défie son vis à vis avant de s'enfoncer dans la surface de réparation. Il centre alors en retrait pour Pablo Chavarria qui coupe au premier poteau. La Licorne exulte, Lens mène 1-0 (4ème).

Et c'est tout pour la première mi-temps... Lens n'aura plus une seule occasion franche et ne parviendra à passer la ligne médiane qu'à de très rare occasion. Côté Nantais, malgré une possession de balle indéniable (jusqu'a 70% !), le premier tir cadré n'intervient qu'à la 44ème par l'intermédiaire de Bammou qui permet à Atrous de se mettre en valeur et de détourner la balle en corner. Lens plie mais Lens tient. Et c'est assez rare cette saison pour le souligner.

Des lensois solides et courageux, des nantais inéfficace.

Le match reprend le même rythme que la première période : Nantes a le ballon et Lens court après ! Les canaris se montrent néanmoins plus agressif et frappent plus au but. C'est d'abord Veretout (à la 73ème quand même !) qui oblige Atrous, en deux temps, à s'employer pour préserver son but.  5 minutes plus tard, Bangoura, au 35 mètres tente sa chance mais est très loin du cadre. Cette action est l'illustration du jeu Nantais hier. Largement dominateur, acculant les sang et or, ils ne trouveront jamais l'ouverture.... Pour le plus grand bonheur des supporters lensois !

Il est important de parler du public hier. Peu nombreux c'est vrai. Mais quelle fierté de voir ce public chanter jusqu'au bout, ne jamais lâcher alors qu'il a subi, pendant de longs mois, les épreuves que l'on connaît. Quelle fierté de savoir que le peuple Sang et Or est toujours vivant. Blessé, blasé, écoeuré, mais vivant. Il ne demande qu'à s'exprimer à nouveau dans son antre la saison prochaine. Bollaert, nous revoilà. Mais avec qui ? Mais avec quoi ? « Alors Gervais, y'a rien qui va mal ? » pouvait-on lire hier en tribune...

Antoine Kombouaré, pour son très probable dernier match à la tête du RC Lens voulait terminer sur une bonne note. Au delà de cette victoire, nos Lensois ont montré, comme tout au long de la saison, qu'ils étaient dignes de ce maillot. Il reste maintenant un énorme sentiment de gâchis qui va rapidement laisser place à un immense sentiment d'incertitude... Qu'importe, dans le malheur où la joie nous sommes là et nous serons là.

Rémi

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.