updated 11/12/2016 17:00

FC Lorient - RC Lens : Les Sang et Or pêchent à la lanterne

FC-Lorient-RC-LensC’est ce soir un match déjà crucial que le Racing Club de Lens allait disputer au Stade du Moustoir de Lorient. Il s’agissait ici pour les lensois d’une occasion incroyable de goûter à nouveau à la victoire et ainsi se donner de l’air au classement face à un concurrent direct. Remis de sa blessure, Rudy Riou reprenait sa place dans les cages aux dépens de Valentin Belon. Le front de l'attaque était mené par Baptiste Guillaume en pointe, épaulé par Lalaïna et Pablo Chavarria. Ludovic Baal portait le brassard de capitaine, Jérôme Le Moigne étant toujours absent. 

Après un début de match plaisant et rythmé, où les Lensois évoluent en contre et se projettent rapidement vers l’avant dès la récupération, c’est Lorient qui se montre le plus dangereux. Sur un centre d’Ayew, Lavigne place son coup de tête que Rudy Riou, revenu aux affaires après l’interim de Valentin Belon, boxe sur sa ligne.

Le fait de jeu
C’est au quart d’heure de jeu que la rencontre va basculer. Sur le côté gauche, Loïck Landre vient tacler sévèrement Lavigne, l’attaquant Lorientais qui ne se relèvera pas. L’arbitre siffle faute et, après avoir évalué la gravité de la blessure, expulse logiquement le défenseur central lensois.

Coup dur pour les Sang et Or, qui devront batailler ardemment durant plus d’une heure de jeu encore. Antoine Kombouaré s’y résout rapidement, en remaniant son effectif avec l’entrée de Jean-Phillipe Gbamin pour Wylan Cyprien. Gbamin prend la place de Landre et la formation passe en 4-3-2, Chavarria et Guillaume s’assurant de l’animation offensive.

Avec ce fait de jeu, la machine artésienne s’enraye, semble démobilisée et désorganisée. 5 minutes après l’exclusion de Landre, Lorient accélère et ouvre le score sur une frappe sèche de l’international portugais Raphaël Guerreiro, laissé seul aux 16m. Une ouverture du score logique alors les Merlus déroulent, convaincus et déterminés de breaker le plus rapidement possible. Les Lensois souffrent, courent beaucoup après le ballon, à l’image de Pablo Chavarria, toujours dans l’effort.

Le roseau plie mais ne rompt pas pour le moment
Mais ça tient ! Malgré les fulgurances de Walid Mesloub, qui enrhume 3 joueurs lensois avant de voir sa tentative repoussée par Riou. La mi-temps approche et les Lorientais calment leurs offensives. Les Lensois sortent de leur 25 mètres et Pablo Chavarria a eu l’occasion par deux fois d’égaliser. D’abord sur un raté de la défense lorientaise, l'Argentin se trouve seul dans la surface et voit sa frappe repoussée in extremis. Puis sur un centre de Valdivia, la déviation de l’attaquant passe de justesse à côté. Dommage !

Dominé, en infériorité numérique, Lens finit malgré tout la première mi-temps avec de meilleures intentions que lors des 40 premières minutes et l’équipe ne se montre pas résignée à la défaite !

 

La deuxième mi-temps redémarre sur le même schéma que la première. Lorient posséde la balle, fait tourner, et impose son rythme face à des Lensois qui courent et n’évoluent qu’en contre. Gros coup de chaud à la 54e où Jordan Ayew est finalement signalé hors-jeu alors qu’il avait propulsé le cuir dans les filets de Rudy Riou !

L'heure du coaching..
Lorient tente, Lorient domine, mais les Merlus ne parviennent pas à faire le break ! Le doute plane sur le stade, où les Lorientais sont mis en difficulté par des Sang et Or qui laissent moins d’espace et effectuent un pressing plus important. Et si Antoine Kombouaré flairait le bon coup ? Il fait sortir le vaillant Lalaïna Nomenjanahary pour Dème N’Diaye. Un choix offensif pour éventuellement exploiter favorablement les occasions vendangées par les Merlus. 

Pourtant, à 20 minutes du terme, c'est Lorient qui reprend le contrôle et se procure des occasions, se montrant même très dangereux par Mesloub, intenable ce soir, dont le pétard à 10m du but est claquée par un Rudy Riou littéralement en feu (pouvait-il en être autrement ?). Le portier lensois est clairement l'homme du match côté artésien et tient l'équipe, tant elle aurait vraisemblablement sombré sans ses interventions.

..non payant
Le dernier quart d’heure voit Yoann Touzghar remplacer Benjamin Bourigeaud, épuisé. Lorient campe dans la moitié lensoise. Mesloub, toujours en jambes, sert Ayew dont la frappe finit petit filet. Le public du Moustoir ira même de son ras-le-bol envers l’ancien Marseillais qui, idéalement servi dans la surface et seul face à Riou, tergiverse, drible, brode et se fait reprendre par la défense lensoise. Rien de nouveau jusqu’au coup de sifflet final, malgré un dernier coup-franc lensois, directement capté par Lecomte, le gardien breton.

 

Courageux, vaillants, mais vite réduits à 10, les Lensois s’inclinent logiquement face à une équipe de Lorient toujours intéressante dans le jeu, ultra-dominatrice (25 tirs lorientais contre 5 lensois) et qui renoue avec la victoire ce soir. En remontant au 17e rang, les Merlus laissent ainsi leur place de lanterne rouge à leurs victimes du soir, le Racing Club de Lens. 

Rhum'

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.