updated 06/12/2016 12:56

RC Lens - US Créteil : les notes MadeInLens

MadeInLens-les-notesÀ l'occasion des 16e de finale de la Coupe de la Ligue, le RC Lens recevait Créteil la pelouse du stade de la Licorne d'Amiens et s'est incliné sans gloire sur le score de 0-2, quelques jours à peine après une victoire héroïque à Toulouse en Ligue 1. Certainement déjà tournés vers Marseille et la Ligue 1, les joueurs lensois n'ont pas rendu leur meilleure copie, avec une prestation très pâle et sans relief.

Comme l'an dernier, les Sang et Or sortent de la Coupe de la Ligue dès les 16e de finale, tandis que Créteil, déjà vainqueur l'an passé en 16e de finale au stade Bollaert-Delelis, devient la bête noire des Lensois dans la compétition.

Ce mercredi, c'est Romain Pechon, rédacteur pour MadeInLens, qui livre son avis sur la prestation individuelle de chaque joueur lensois, du coaching d'Antoine Kombouaré et de la qualité du match réalisé par les Cristolliens.

Valentin Belon : 5/10

- Note de Romain Pechon :

Pour sa deuxième titularisation consécutive, le jeune portier artésien n’a pas réussi, cette fois-ci, à conserver sa cage inviolée. Cependant, il ne peut pas grand-chose sur les deux réalisations cristoliennes. Si sur le coup-franc de Lesage, le placement de son mur laisse à désirer, la frappe de Genest est pure et parfaitement placée. Valentin-Belon-RC-Lens-02

Dimitri Cavaré : 4/10

- Note de Romain Pechon : 

On peut me taxer d’être dur avec Cavaré mais, vu du stade, son placement laisse souvent à désirer. Et ses difficultés dans ce domaine du jeu, l’amènent régulièrement à être en retard sur les offensives adverses. S’il arrive parfois à compenser grâce à sa pointe de vitesse et ses nombreux atouts physiques, quand le moteur s’enraye il peut très vite être à la rue. Sur le plan offensif, son manque de justesse technique gâche régulièrement de belles intentions et d’intéressantes remontées de balle. Frustrant. 

Jean-Philippe Gbamin : 3/10

- Note de Romain Pechon :

Pour son retour de suspension, « Jean-Phi » a connu un match compliqué. Souvent pris dans les duels physiques par Andriatsima, il pêche aussi dans la couverture de balle. Ses nombreuses négligences mettent en danger l’ensemble de la défense. Encore bien trop laxiste.

Ahmed Kantari : 4/10

- Note de Romain Pechon :

Après trois matchs au frais, le grand Ahmed était de retour dans la charnière lensoise. En forme physiquement, il a été pratiquement parfait pendant près d’une heure. Malheureusement pour lui, il est encore une fois personnellement impliqué sur un but adverse. A l’image de sa mauvaise intervention contre Guingamp, c’est lui qui se met à la faute en commettant une main aux abords de la surface de réparation. Sur le coup-franc qui suit, Créteil ouvre le score et scelle définitivement le sort de ce match.

Patrick Fradj : 4/10

- Note de Romain Pechon :

Aligné à un inhabituel poste de latéral gauche, le numéro 15 artésien a fait ce qu’il a pu. Courageux et volontaire, il n’a pas ménagé sa peine. Mais il reste bien trop limité pour espérer une place régulière dans le groupe de Kombouaré. Souvent trop attentiste dans ses interventions, il n’a pas su imposer sa loi dans son couloir. Sur le plan offensif, il a bien tenté en première mi-temps de combiner avec son milieu de terrain, mais il était sans cesse contraint de revenir sur son pied droit, cassant alors le rythme de l’offensive artésienne.

Jerome-Le-Moigne-RC-Lens-05Jérôme Le Moigne : 5/10

- Note de Romain Pechon :

Lui aussi de retour de suspension, il a retrouvé tout naturellement son poste devant la défense lensoise ainsi que son brassard de capitaine autour du bras. En difficulté comme bon nombre de lensois en début de match, il a aussi le ton après le premier quart d’heure. Tantôt en se glissant entre ses deux stoppeurs, afin de gérer la relance, tantôt en montrant d’un cran et en pressant plus haut qu’à l’habitude ses adversaires. Une rentrée plutôt réussie qui laisse présager de futures prestations dignes de ce nom. Captain Le Moigne reste un élément essentiel de cette équipe.

Wylan Cyprien : 3/10

- Note de Romain Pechon :

Dans la lignée de sa prestation contre Toulouse, à savoir totalement absent des débats. Dès le début de match, il a peiné à trouver sa position. En charge de faire le liant entre le milieu et l’attaque, il en fut totalement incapable. Sur le plan défensif, il a souvent été en retard dans ses interventions, créant de grosses brèches au cœur du jeu. Les Cristoliens ont souvent profité de ses erreurs pour créer le surnombre au milieu. Remplacé par Bourigeaud (65e). Le second buteur du match contre Toulouse a amené toute sa volonté et son abnégation dans le combat. Très présent au pressing, il a aussi apporté de la verticalité à un jeu lensois qui en manquait pas mal jusqu’ici. Il aurait également pu être décisif avec une tête claquée en corner par le portier adverse. Petit à petit, on semble retrouver le Bourigeaud auteur d’une excellente pré-saison. 

Pablo Chavarria : 4/10

- Note de Romain Pechon :

Aligné dans une position de second attaquant, il avait pour mission de prendre la profondeur et de se projeter sur l’aile droite, tandis qu’El Jadeyaoui plongeait dans son dos. S’il a parfaitement respecté les consignes de son coach, il a une nouvelle fois démontré qu’il était trop brouillon pour faire la différence. Des dribbles trop prévisibles, le coup de rein qui fait la différence qui semble avoir disparu. Pablo n’est plus Chavarria, et c’est tout le peuple lensois qui s’en désole. 

Alharbi El Jadeyaoui : 4/10

- Note de Romain Pechon :

Dans un rôle de faux ailier qui en réalité avait tendance à repiquer vers l’axe, Alharbi n’a pas eu la même justesse que vendredi, contre Toulouse. Ses bonnes intentions ont été annihilées par son incapacité à lâcher le ballon au bon moment. Si ses décrochages et mouvements sur toute la largeur du terrain ont offert de belles opportunités de combinaison à ses coéquipiers, celles-ci ont été trop rarement utilisées avant l’entrée en jeu de Bourigeaud. On attend encore mieux de lui.

Dème N'Diaye : 3/10

- Note de Romain Pechon :

Antoine Kombouaré a parlé de non-match pour qualifier le match de son équipe ce soir, cet adjectif conviendrait parfaitement à la copie rendue par N'Diaye. Trop approximatif dans ses contrôles, incapables de faire la différence en un-contre-un, il a en réalité erré comme une âme en peine au milieu du terrain pendant une heure trente. Il est clairement le maillon faible du réservoir offensif artésien. 

Adamo-Coulibaly-RC-Lens-10Adamo Coulibaly : 5/10

- Note de Romain Pechon :

Un des rescapés de la traditionnelle équipe-type. Il a été à l’auteur de son stade. Comme à son habitude, il a régulièrement dézoné sur cette aile gauche qu’il semble tant affectionner. S’il n’a pas réussi à faire la différence, il a clairement donné le sentiment qu’il était le seul par qui pouvait venir l’étincelle. Plutôt juste techniquement, il a progressivement décliné au fil de la deuxième mi-temps, et ce jusqu’à son remplacement par Baptiste Guillaume (65e). Il s’est mis en évidence sur une tête malheureusement mal ajustée au cœur de la surface de réparation. A part ça ? Pas grand-chose. Il a beaucoup bougé entre les lignes, sans vraiment toucher le ballon. Et le peu de fois où il réussissait à mettre le pied sur le cuir c’était pour le perdre quelques secondes plus tard. 

Le coaching d'Antoine Kombouaré : 5/10

- Note de Romain Pechon : 

 Pas grand chose à dire concernant le coaching de Kombouaré. Il a une nouvelle fois alignée une équipe mixte en devant composer avec les blessures et les petits pépins de certains. Son choix d'évoluer dans un faux 4-4-2 avec un El Jadeyaoui plus axial qu'autre chose est contestable. Le Racing aurait sans doute était plus dangereux en occupant plus largement toute la largeur du terrain. Au niveau du coaching durant la rencontre, il a réagit rapidement à l'ouverture du score cristolienne en faisant rentrer ses deux joueurs les plus offensifs. Pas suffisant pour éviter l'élimination. Mais lui aussi ne semblait pas avoir la même flamme que d'habitude, on l'a senti plus étient, moins concerné. 

La prestation de Créteil :

L'avis de Romain Péchon :

Créteil était venu à Amiens avec l'intention de réaliser un gros coup, à savoir épingler à son tableau de chasse un club de Ligue 1. C'est chose faite. Bien plus motivés et mieux rentrés dans leur match, les Cristoliens ont rapidement mis en difficulté les Lensois. Dans le sillage de leur capitaine et meneur d'hommes, Jean-Michel Lesage, Ibrahim Seck et Cheick N'Doye ont régné au milieu de terrain. Devant, Andriatsima a régulièrement mis à mal Gbamin, tandis qu'Augusto Pereira est à créditer d'une belle contribution sur le plan offensif. Rarement mis en danger, Kerboriou a su faire les deux arrêts nécessaires quelques minutes avant l'ouverture du score. 

Romain Péchon

Image : DavidB Art-Design

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.