updated 09/12/2016 05:38

RC Lens-St Etienne, le compte-rendu du match

RC-Lens-AS-Saint-EtienneAu-delà d’une grande répétition générale dans son « nouveau » stade, le RC Lens a ponctué sa préparation avec un test grandeur nature face à Saint-Etienne, candidat affirmé aux places européennes, cette saison. Ainsi pour la première fois, le kop lensois à pris place en tribune est. Le stade de la licorne a pu ainsi confirmer son potentiel sonore ! Du côté du terrain, le constat est saisissant : un nouveau match moyen dans la lignée des prestations livrées par les hommes d’Antoine Kombouaré, tout au long de la phase de préparation.

 

 

Lens : Riou – Gbamin, Landre, Kantari, Baal – Le Moigne (cap.) (Valdivia, 67'), Bourigeaud (Cyprien, 79') El Jadeyaoui (N’Diaye 79’) – Chavarria, Guillaume (Boulenger, 67') Coulibaly.

Remplaçants : Atrous (g.), Ba, Cavaré.

Saint-Etienne : Ruffier,– Clerc (Baysse, 68'), Sall, Perrin (Brison, 68'), Tabanou – Clément, Cohade, Lemoine (Diomende, 68') – Hamouma (Mollo, 27'), Erding (Saint-Maximin, 79'), Gradel (Monnet-Paquet, 62').

Remplaçants : Moulin (g.), Nyemeck, Pogba.

Une entame délicate

Dès les premières minutes, les Lensois confirment leurs difficultés sur le plan technique : en retard sur chaque prise de balle et totalement privés de ballons par les milieux stéphanois, les Sang et Or sont totalement inexistants. Les Verts jouent à leur main, alternant tantôt les phases de jeu rapides - s’appuyant la force de percussion de Tabanou, côté gauche - et les phases de conservation de balles - grâce à l’excellente technique de Cohade et Clément au cœur du jeu. C’est finalement suite à un centre venu de la gauche que Romain Hamouma, seul au second poteau, ouvre le score, peu avant le quart d’heure de jeu. En face, seul Benjamin Bourigeaud tire son épingle du jeu en tentant d’être le dépositaire du jeu lensois, mais aussi en étant très actif sur le plan du pressing. Malheureusement, les attaquants lensois peinent à peser sur la défense adverse et même si sur les quelques phases de contre Baptiste Guillaume ou Pablo Chavarria tentent de profiter des quelques espaces libérés, les Lensois ne se montreront jamais dangereux.

A l’issue de ce premier acte, les inquiétudes sont nombreuses, entre une défense en difficulté sur le côté droit, un milieu terrain incapable de tenir la comparaison sur le plan technique et une attaque totalement dépassée par les événements, il est alors impossible d’imaginer les Lensois en capacité d’égaliser dans le second acte.

Des motifs d’espoir

En grande difficulté sur le plan tactique en premier mi-temps, Antoine Kombouaré a redonné un semblant de cohérence et de solidité à son bloc équipe au retour des vestiaires. Positionnés bien plus haut sur le terrain, les Lensois ont plus facilement dérangé la première relance stéphanoise. Absents du repli défensif pendant quarante cinq minutes, Baptiste Guillaume et Pablo Chavarria apportent désormais le soutien nécessaire aux latéraux. Les Lensois se procurent même la plus grosse occasion du second acte quand Pablo Chavarria, profitant d’un bon pressing d’Adamo Coulibaly, se retrouve seul devant Stéphane Ruffier, mais l’Argentin pique trop son ballon, manquant de peu l’égalisation.

S’il y a du mieux côté lensois, une grosse ombre au tableau demeure : Alharbi El Jadeyaoui. Attendu comme le meneur de jeu de cette équipe, le numéro 21 passe une nouvelle fois à côté de son match, brouillon techniquement et imprécis dans toutes ses prises de décisions, il ne pèse guère sur la rencontre. Les Lensois semblent surtout avoir pris le dessus physiquement au fil des minutes, un motif de satisfaction à une semaine de la reprise et à l’égard de la préparation mouvementée connue par les joueurs. Les entrées de Valdivia, Boulenger, Cyprien et N’Diaye n’enrayent en rien la mécanique lensoise, terminant nettement mieux la rencontre que leurs adversaires.

Ce qui reste certain, au regard de ce match, c’est que le Racing aura toutes les peines du monde à se maintenir avec une telle équipe, loin des exigences requises en Ligue 1. Sans recrutements majeurs, le RC Lens risque de retomber dans l’antichambre de l’élite française. Aux décisionnaires lensois désormais de faire le nécessaire pour que cette équipe réussisse un championnat digne de ce nom. Quelques fondations sont déjà posées.

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.