updated 09/12/2016 16:16

Gervais Martel rassurant mais ne fait pas de commentaires (MaJ)

Gervais Martel RC Lens 20Approché par des journalistes à l'issue de l'audience devant la DNCG, Gervais Martel s'est montré rassurant et n'a pas souhaité faire de commentaires : « Ça s’est bien passé mais je ne ferais pas plus de commentaires », comme le souligne La Voix du Nord. Comme d'habitude en fait...

A noter que le président lensois a ajouté, à propos d'Hafiz Mammadov : « Je n'ai pas de nouvelles. On se débrouille sans lui » selon Le Parisien.

L'audience de ce matin ne verra pas l'instance répondre avant deux ou trois jours, comme c'est le cas habituellement.

Reste à voir si le président du RC Lens et les dirigeants lensois ont réussi à convaincre la DNCG pour le budget de la saison prochaine. Si ce n'est pas le cas, le club Sang et Or sera rélégué en National à titre conservatoire (au minimum) et s'en suivra l'habituel jeu des appels, des nouvelles auditions..., que les supporters du RC Lens connaissent bien depuis l'été dernier...

Mise à jour (12h02) : pour France 3 Nord - Pas-de-Calais, Gervais Martel a ajouté quelques mots : « C'est une audition qui a été extrêmement correcte. Ils ont été à l'écoute et on a pu expliquer un certain nombre de choses. Mais je ne vais pas communiquer aujourd'hui. Je connais bien le dossier, je l'ai présenté comme il fallait. Ca fait 20 ans que je pratique la DNCG. Ca peut prendre deux - trois jours. On n'a pas évoqué le nom de Mammadov aujourd'hui. On se débrouille tout seul. »

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.