updated 09/12/2016 05:38

Antoine Kombouaré : « Si on chope le « melon », on va tout droit à la catastrophe »

Antoine-Kombouare-RC-Lens-20Depuis le début de saison et par la force des choses, Antoine Kombouaré fait confiance aux jeunes joueurs de l'effectif du RC Lens. Pour le moment, ces jeunes formés à la Gaillette réalisent un très bon début de saison, très prometteur, et leur entraîneur reste très attentif à leur progression, leur mentalité aussi car les derniers bons résultats pourraient apporter n excès de confiance chez certains.

Après cette série de bons résultats, craignez-vous un relâchement chez vos joueurs ?

« Lorsque vous êtes entraîneur, vous vous posez tout un tas de questions. La première est de savoir comment préparer mes joueurs pour le prochain match. Puis est-ce qu'il y aura des pépins, notamment avec la semaine de trois matchs qui nous attend. Et donc cette question de savoir comment ils sont dans leur « tronche » après deux victoires et un nul. Le discours est de dire que si, aujourd'hui, on chope le « melon », c'est qu'on va tout droit à la catastrophe. Cela me surprendrait vraiment que l'on ait un excès de confiance face à cette équipe de Saint-Etienne. Même s'il faut être vigilant. Mais bon, le principal sera de savoir si l'on est capable d'être présent et de jouer un grand match. C'est cela qui m'intéresse ! »

[...] Quelle comparaison faire avec le dernier match amical disputé face à cette même équipe de Saint-Etienne ?

« Cela n'a rien à voir. C'était un match amical, un match d'entraînement. Là, ce sera la compétition, et ça n'a rien à voir. Il y aura trois points en jeu. »

Après deux mois de compétition, estimez-vous que les jeunes composant votre équipe, ont franchi un cap ?

« Pour moi, ce sera un défi permanent ! S'ils franchissent un cap, ce sera à la fin de la saison. Tous les jours, je serai sur le qui-vive. Je ne lâcherai rien avec eux parce que cela reste des jeunes, avec beaucoup d'incertitudes, avec l'excuse de leur jeunesse : de faire des grands matchs mais aussi, de temps en temps, passer au travers. Le pallier, ils le franchiront à la fin de la saison, avec l'accumulation des matchs. Aujourd'hui, je ne peux pas dire, au bout de cinq rencontres, qu'ils ont franchi un pallier. »

Source : RCLens.fr

Derniers articles

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, nous permettant de personnaliser votre navigation et les éventuels messages publicitaires, d'enregistrer vos préférences d'utilisation, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.